Éducateur de Protection Judiciaire de la Jeunesse 

Avant d’envisager une prépa d’Educateur de Protection Judiciaire de la Jeunesse, il est indispensable de s’être correctement renseigner sur ce metier de la categorie B de la Fonction Publique.

Le métier

Les éducateurs constituent les acteurs qui font socle dans le cadre de l’intervention de la PJJ auprès des jeunes dont le suivi est confié par l’autorité judiciaire. Sur la base de ce mandat judiciaire, et au sein d’une équipe pluridisciplinaire également composée d’une assistante sociale et d’une psychologue, l’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse conduit des interventions éducatives et des actions d’éducation auprès des mineurs et de leur famille.

Les éducateurs de la PJJ exercent leurs missions exclusivement au sein d’un service éducatif de la PJJ. Selon qu’ils travaillent en foyer ou dans un autre type d’unité, ils peuvent travailler de jour comme de nuit. Aussi, la nature de ce service va conditionner les modalités concrètes de leurs interventions.

Conditions d’accès

Concours Externe

 

Le concours d’éducateur de la PJJ est très largement ouvert. Il est accessible aux candidats par une pluralité de voies :

  • Les titulaires du diplôme d’État d’éducateur spécialisé ou de l’un des titres ou diplômes homologués au niveau III de l’enseignement général ou technique (diplôme d’études universitaires générales (DEUG) ou diplôme universitaire de technologie (DUT) ou diplôme national sanctionnant un premier cycle d’études supérieures, diplôme d’État ou diplôme professionnel reconnu équivalent au niveau III dont le diplôme d’État d’assistant de service social, d’infirmier ou d’infirmier spécialisé, de psychomotricien, d’éducateur de jeunes enfants, le diplôme d’État relatif aux fonctions d’animation (DEFA) ou le certificat d’aptitude à la promotion des activités socio-éducatives (CAPASE) …
  • Les personnes ayant obtenu la reconnaissance de leur expérience professionnelle en équivalence des conditions de titres et de diplômes homologués au niveau Ill. Les activités professionnelles prises en compte doivent avoir été exercées dans le domaine éducatif, social, sportif ou culturel. La durée minimale de l’expé­rience professionnelle est de deux ans pour les candidats justifiant d’un titre ou d’un diplôme du niveau de la fin du deuxième cycle d’enseignement secondaire général (baccalauréat) ou professionnel ou d’un niveau équivalent, et de trois ans pour les autres.

 

Concours Interne

Le concours interne est ouvert aux fonctionnaires et agents publics de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics, qui en dépendent, justifiant, au 1er janvier de l’année du concours (soit au 1er janvier 2017), d’au moins trois ans de services publics effectifs.

Troisième voie

Le concours troisième voie est ouvert aux candidats justifiant de l’exercice, pendant au moins cinq ans au cours des dix années précédant le concours, d’une ou plusieurs des activités suivantes :

  • Activités professionnelles (contrat de droit privé);
  • Mandats de membre d’une assemblée élue d’une collectivité territoriale;
  • Activités en qualité de responsable (président, vice-président, trésorier), y compris bénévole, d’une association .

Dates clés

  • Inscriptions : 8 janvier 2019 au 4 mars 2019
  • Épreuves écrites : 16 mai 2019
  • Épreuves orales : 2 décembre au 13 décembre 2019

Se préparer au concours d’éducateur de la PJJ avec l’ISSJ

Épreuves d’admissibilité

Pour les externes

L’ épreuve d’admissibilité consiste, à partir d’un dossier de vingt pages au plus, en la rédaction d’une note ayant pour objet d’analyser une situation éducative ou familiale, d’en dégager la problématique! et de proposer les solutions permettant d’y répondre. L’épreuve est destinée à apprécier les qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat ainsi que son aptitude à dégager des solutions pertinentes (durée : quatre heures; coefficient 4).

Pour les internes

L’épreuve d’admissibilité consiste, à partir d’un dossier de vingt pages au plus, en la rédaction d’une note ayant pour objet d’analyser une situation éducative ou familiale, d’en dégager la problématique et de proposer les solutions permettant d’y répondre. L’épreuve est destinée à apprécier les qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat et à lui permettre! de valoriser son parcours professionnel ou son expérience personnelle (durée : quatre heures; coefficient 4).

Pour le troisième concours

L’épreuve d’admissibilité consiste, à partir d’un dossier de vingt pages au plus, en la rédaction d’une note ayant pour objet l’analyse d’une situation éducative ou familiale, d’en dégager la problématique!et de proposer les solutions permettant d’y répondre et permettant au candidat d’utiliser son parcours professionnel ou son expérience personnelle. Elle est destinée à apprécier les qualités de rédaction, d’analyse et de synthèse du candidat ainsi que son aptitude à dégager des solutions pertinentes (durée: quatre heures; coefficient 3).

Épreuves d’admission

Tout candidat déclaré admissible doit effectuer, avant les épreuves d’admission, un stage d’observation d’une durée de cinqs jours dans un service du secteur public de la protection judiciaire de la jeunesse, destiné à compléter sa connaissance des fonctions d’éducateur. À l’issue de son stage, chaque candidat doit adresser un compte rendu de trois pages au plus où il précise les enseignements qu’il a retirés de son stage sur les fonctions d’éducateur et sur ses motivations à les exercer.

Pour les externes

Une épreuve de table ronde destinée à apprécier l’aptitude à la prise de parole, les qualités relationnelles et d’écoute du candidat. Elle consiste pour les candidats réunis face aux membres de jury à élaborer une réponse collective à des questions d’actualité dans le domaine social ou éducatif. Elle est suivie d’un entretien individuel avec un membre du jury (durée totale de l’épreuve: quarante-cinq minutes, dont trente minutes pour la table ronde et quinze minutes pour l’entretien individuel; coefficient 2).

Une épreuve d’entretien avec le jury destinée à vérifier l’aptitude et la motivation du candidat à exercer les fonctions d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse. Pour conduire cet entretien, le jury dispose du compte-rendu de restitution du stage et du document retraçant son parcours de formation et ses activités antérieures (durée: trente minutes; coefficient 6).

Pour les internes

Les deux épreuves d’admission sont identiques pour le concours interne et pour le concours externe.

Pour le troisième concours

Une épreuve de table ronde destinée à apprécier l’aptitude à la prise de parole, les qualités relationnelles et d’écoute du candidat. Elle consiste pour les candidats réunis face aux membres de jury à élaborer une réponse collective à une situation de travail de groupe dans le domaine social ou éducatif. Elle est suivie d’un entretien individuel avec un membre du jury (durée totale de l’épreuve : quarante-cinq minutes, dont trente minutes pour la table ronde et quinze minutes pour l’entretien individuel; coefficient 2).

Une épreuve d’entretien avec le jury visant à apprécier la personnalité, les aptitudes du candidat ainsi que sa motivation à exercer les fonctions d’éducateur et à reconnaître les acquis de son expérience professionnelle. Pour conduire cet entretien qui a pour point de départ un exposé du candidat sur son expérience professionnelle, le jury dispose du dossier constitué par le candidat en vue de la reconnaissance des acquis de son expérience professionnelle (durée : trente minutes pour la préparation, dix minutes pour l’exposé suivies de trente minutes pour l’entretien; coefficient 4).

En vue de cette seconde épreuve, le candidat dispose d’un temps de préparation de 30 minutes de son exposé afin de lui permettre de mettre en perspective son parcours (formation initiale et expérience professionnelle) au regard de son projet ainsi que mettre en valeur, notamment à partir d’exemples, les articulations entre son parcours et les fonctions d’éducateur de la PJJ auxquelles il se destine, ainsi que de toute activité permettant de favoriser l’appréciation de sa personnalité et enfin d’expliciter ses motivations en cohérence avec ses parcours et projet. Bien entendu, la présentation du candidat doit être bien préparée en amont.