Prépa Gardien de la Paix

Un gardien de la paix est un fonctionnaire appartenant à la fonction publique d’Etat, en catégorie B. Il est rattaché au ministère de l’intérieur.

Les policiers disposent du droit syndical, mais pas du droit de grève. Les policiers élisent leurs représentants au sein des commissions administratives paritaires (CAP), qui décideront d’une grande partie de leur carrière (avancement, mutation, discipline).

Par ailleurs, tous les policiers sont également soumis à un strict devoir de réserve quant à leurs opinions et croyances personnelles.

Les concours pour devenir Gardien de la Paix

Le concours interne

Conditions d’accès

Le second concours ou concours interne est ouvert aux candidats :

  • Adjoint de sécurité, âgée de 37 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours en activité et comptant au moins une année de service en cette qualité à la date de la première épreuve d’admissibilité (aucune dérogation d’âge n’est admise pour ce concours)
  • Ayant suivi le parcours de cadet de la république option police nationale (ils peuvent postuler dès l’issue de leur formation professionnelle initiale)
  • Volontaire des armées servant dans la gendarmerie nationale, titulaire du diplôme de gendarme adjoint, en activité et comptant au moins une année de service en cette qualité à la date de la première épreuve d’admissibilité.

    Les épreuves du concours

    Épreuves d’admissibilité

    Etude d’un texte

    Elle permet de vérifier, à partir de questions courtes, la capacité du candidat à repérer et analyser les informations contenues dans le texte. Le candidat doit produire un écrit sous forme de composition sur un sujet en rapport avec la problématique soulevée dans le texte support. Durée 2h30 ; coefficient 4. La notation est sur 20 et toute note inférieure à 5/20 est éliminatoire.

    Questionnaire à choix multiple N°1

    Porte sur le socle de connaissance scolaires fondamentales en orthographes, grammaire et en vocabulaire usuel, en calculs arithmétiques et algébriques simples, ainsi que sur des exercices de logiques permettant d’évaluer le sens de l’observation du candidat (coefficient 1 ; notation sur 20 points)

    Questionnaire à choix multiple N°2

    portant sur le programme commun de la formation organisée par le ministère de l’intérieur à l’attention des cadets de la République, option police nationale et des adjoints de sécurité, en vigueur au 1er janvier de l’année au titre de laquelle le concours est ouvert. Le coefficient est de 2

    La durée impartie est de 1h30.

    Épreuves de pré-admission

    Il s’agit d’épreuves physiques avec un parcours d’habileté motrice (PHM) et un test d’endurance cardio-respiratoire (TECR). Une note inférieure à 7/20 à l’une ou l’autre des épreuves est éliminatoire et le coefficient et de 3.

    Épreuves d’admission

    Test sous forme de questions/réponses interactives

    pouvant comporter des mises en situation à caractère pratique et déontologique, fait appel à la mémoire visuelle des candidats pour déterminer leurs fonctions de perception, d’évaluation, de décision et leur vigilance. Dotés d’un boitier de réponses électroniques, les candidats, après avoir visionné une image, disposent de 15 secondes par questions en rapport avec l’image observée pour répondre (durée 20 minutes ; coefficient 3).

    L’entretien avec le jury

    Il s’agit en effet d’une conversation libre avec le jury s’appuyant sur un dossier professionnel préalablement déposé par le candidat auprès du service organisateur du concours à une date fixée par l’arrêté d’ouverture du concours. Le dossier est transmis au jury par le service organisateur. Ce dossier a pour objet de mettre en évidence les acquis de l’expérience professionnelle du candidat durant son activité d’adjoint de sécurité ou bien de cadet de la république, option police nationale, ou encore de volontaire dans les armées servant dans la gendarmerie nationale. Durée 25 minutes ; coefficient 4.

    Toute note inférieure à 5/20 est éliminatoire. Le jury dispose, comme aide à la décision, des résultats des test psychotechniques passés par le candidat au moment de l’admissibilité, interprétés par le psychologue.